Tatouage
Publié le - 2486 clics -

Conquête de l'Esprit du Tatouage

PARIS - Les tatouages sont beaux ; ils sont bruts. Ils sont des déclarations de protestation, la politique, la beauté, la religion, le deuil, la haine ou l'amour. Ils ont été utilisés pour identifier, remède, honorer et subjuguer ceux qui portent ou ceux qui sont obligés de les porter.



Au Musée du Quai Branly, une nouvelle exposition ambitieuse, « Tattoo » qui était ouvert mardi 6 mai continuera jusqu’au 18 octobre 2015, les motifs de la tradition du tatouage dans l'antiquité, suit ses expressions innombrables à travers le monde et met en valeur une nouvelle génération d'artistes dont le milieu se trouve être le marquage de la peau humaine.

Le tatouage remonte à plus de 5,000 ans. L'exposition note que les restes d'Ötzi, l’homme des glaces néolithiques trouvé dans les Alpes en 1991 étaient couverts de 57 tatouages . Des momies de deux mille ans découvertes en Égypte et en Syrie ont porté également les tatouages de monstres et d'animaux mythiques.

La mission du musée est de créer un « dialogue des cultures » et l'exposition suit les sujets interculturels mondiaux précédents, comme la beauté des cheveux, la séduction de la cuisine chinoise et l'histoire du jazz, et leurs effets sur l'art et la littérature. Les spectacles sont parfois désordonnés et astucieux, toujours créatifs. Cette fois, le musée a réuni 300 objets historiques et contemporains liés aux tatouages , y compris les photographies, estampes, peintures, affiches, sculptures, masques tribaux, des livres, des vêtements, des ustensiles de tatouage – et même les parties du corps momifié.

 


« Nous voulions capturer l'esprit du tatouage, qui fait partie du patrimoine commun de la plupart de l'humanité », a déclaré le directeur du musée, Stéphane Martin. " Mais il était tout aussi important de mettre en valeur comme un mouvement artistique populaire."

À cette fin, Anne & Julien (ils utilisent seulement leurs prénoms) les commissaires de l'exposition et les fondateurs de la revue d'art souterraine « Hey ! Modern Art et Pop Culture ", à Paris, se sont tournés vers les tatoueurs les plus importants du monde pour créer des œuvres pour le spectacle. Treize artistes de pays s’étendant de Samoa en Suisse ont signé leur inspiration sur les jambes désincarnées, torses et des bras fabriqués en silicone qui ont été développés par un studio dans la banlieue parisienne de Montreuil qui se spécialise dans les effets spéciaux pour les films. Ils ont travaillé sous la direction de Tin-Tin, le tatoueur rock - star de la France, dont les clients comprennent Jean - Paul Gaultier et Marc Jacobs.

Les parties du corps sont brillamment éclairées, suspendus dans l'espace et elles peuvent être vues sous différents angles. Le silicone ressemble et se sent comme de la chair humaine. Les moules ont été prises à partir de modèles vivants, et leur rendu réaliste avec les bras et les articulations veiné, ridé, leur donne un pouvoir mystérieux. Également créé pour l'exposition, 19 dessins de tatouage peints par des tatoueurs contemporains sur des costumes de corps, accrochés tout au long de l’exposition. Tous ont été choisis par Anne & Julien et prêtés au musée pour cette exposition ; autres œuvres et d'objets venus des autres institutions, des collections privées et des collections du Quai Branly.

Ed Hardy, l’artiste de tatouage de pionnier de l'Amérique avec une suite consacrée Hollywood, est venu de San Francisco pour l'ouverture de l'exposition.

"C'est l'exposition la plus complète sur le tatouage que je n’ai jamais vue “ a-t-il dit. ” Il y a encore des gens qui ont le dégoût des tatouages alors qu’ici vous avez la célébration, avec la profondeur et la richesse culturelle. Cela m’impressionne vraiment."


L'exposition consacre un espace considérable pour les longues périodes de répression de tatouage et de stigmatisation dans le monde entier, y compris le marquage des esclaves dans la Rome antique et des criminels dans la Chine impériale. Aux États-Unis, « les tatoueurs ont été considérés comme des ‘figures marginales qui chassaient des marins ivres’, a déclaré M. Hardy.

Aujourd’hui, les tatouages sont devenus monnaie courante. L'exposition note que près de 25 pour cent des Américains sont tatoués, selon un sondage de Harris 2012, et que 20 pour cent des Français âgés de 25 et 34 ont un tatouage, selon un sondage IFOP 2010.

Les ateliers des maîtres tatouages de Tokyo à Paris ont été transformés en galeries chics d’art. Même Samantha Cameron, l'épouse du Premier ministre britannique, a un tatouage de dauphin au dessous de sa cheville droite.
L'exposition montre également que le tatouage traditionnel connaît un renouveau dans des endroits comme Samoa et les Philippines. En Nouvelle-Zélande, on a donné au tatouage de maori ornemental traditionnel le statut d'un trésor national, inspirant les artistes de tatouage maori contemporains.


La Tahiti, la culture maori de Nouvelle-Zélande, le Japon, la Chine, l'Europe et les Amériques sont tous représentés. Les images d'artistes tatoués à des numéros de cirque, les prisonniers et les marins sont juxtaposées avec des peintures de tatouage japonais.

Pour la première fois, un livre documentant les tatouages encrés sur les prisonniers dans les camps de travail forcé de l'ère soviétique est exposé au public. Ils ont utilisé les tatouages pour tracer leur temps dans les camps et à décrire leurs peines. Il ya des tatouages d'identification des membres et le rang dans le monde souterrain, les croyances antisémites, les allégeances politiques et les préférences sexuelles.

Un cachet qui appartenait à une famille à Jérusalem et datant du 17e ou 18e siècle a été signé, appliqué sur la peau et utilisé comme un pochoir pour un tatouage permanent. Les tatouages ont été réalisés sur les pèlerins chrétiens, dont les Coptes, les Syriens et les Arméniens comme une marque permanente de leur visite à Jérusalem.
Les grands portraits photographiques noirs et blancs de femmes algériennes pendant la guerre d'indépendance nationale de la France les montrent dans le costume tribal, leurs fronts signés dans des tatouages bleu foncé. Ils examinent avec défi l'appareil photo et le photographe français.
Une photo 1919 d'une femme arménienne, sa chemise ouverte, montre son visage et sa poitrine tatouée. En Syrie, les femmes arméniennes qui s'étaient enfuies du génocide turc était souvent forcé dans la prostitution et tatoué par leurs proxénètes pour les identifier et les empêcher de l'évasion
Le plus troublant encore est la bande de peau humaine préservée du Laos datant du 19e ou 20e siècle. Il ressemble à du cuir de chaussures marron et contient des tatouages d'animaux colorés et de monstres mythiques. Et une main momifiée non datée et avant-bras du sport du Pérou ayant un tatouage fait avec un anneau de fer.

À la prévisualisation de l’exposition, Anne & Julien est arrivé avec la preuve de leur propre tatouage sur leur corps, visible aux décolletés et les poignets.

Demandée pour décrire l'apparence et la mesure de ses tatouages, elle était contrariée en disant. "C'est très privé, mes tatouages ne sont pas un sujet pour la discussion publique."